Les Actualités

Vif l’écrit inclusif !

Vif·ve l’écrit·ure inclusif·ve

Amie lectrice, ami lecteur, toi qui as réagi à ce titre en forme de boutade sur l’écriture inclusive et qui écris du contenu pour le web, voici un complément d’information qui peut changer ton regard.

Menu contextuel

Zoomons à 500 % pour découvrir ce que recèle le périmètre large de l’écriture inclusive.

On y trouve en premier lieu les autres règles de grammaire parfaitement admises par l’usage ET par l’Académie française, qui ne préjugent pas du sexe de la personne occupant la fonction. Citons pêle-mêle : les doublets (écrivaines et écrivains) ; les tournures (voie active et passive) et les synonymes épicènes (pilotes, spécialistes, francophones…).

En prenant davantage de recul, la communication sans stéréotypes de genre recouvre un champ d’application encore plus large. En effet, au-delà des mots, les couleurs, les illustrations (exemples, photos et dessins) transmettent eux aussi, des clichés sexistes.

Enfin, le respect, le respect des autres, le respect de la moitié de l’humanité impose d’adopter un style de communication, de rédaction, d’écriture qui ne fasse pas l’impasse sur les femmes.

Appliquer le style

Revenons à la mise en forme de l’écrit. Autrement dit : « Comment appliquer ces règles pour écrire un contenu pertinent non sexiste destiné à une publication en ligne ? »

Rappel : ne sont évidemment concernés que les termes qui désignent une personne dont on ignore le sexe ou un groupe mixte. Voilà pourquoi le titre-boutade de cet article pourrait être Vif·ve l’écrit·ure inclusif·ve avec des points milieu placés sur des termes qui ne désignent pas des personnes.

  • On pioche dans la liste déroulante des signes typographiques : – le trait d’union ; · le point milieu (Alt0183) ; • le point médian (Alt7). On oublie les parenthèses () qui rendent secondaires et la barre de fraction/qui divise. Bémol: il n’existe pas de réelle égalité de désignation entre les femmes et les hommes quand on utilise un substantif entier au masculin et un point milieu suivi d’un « e » muet qui tronque le féminin, comme dans : professeur·e.
  • On double tous les termes, en citant à la fois le masculin et le féminin et en alternant leur ordre. Exemple: la factrice ou le facteur ; les vendeurs et les vendeuses.
  • On adopte des synonymes épicènes (et on les combine aux doublets) : « la factrice ou le facteur malade n’a pas posé de courrier aujourd’hui. » ; « Les vendeurs et les vendeuses de la boutique sont très aimables. »

Migrer vers la version 2.0

Reconnaissons ensemble que OUI, il reste deux ou trois difficultés dans cette application à l’écrit notamment la difficulté à identifier facilement des synonymes épicènes. Si spontanément, j’ai besoin d’évoquer le plaisir qu’auront les utilisateurs de z-phone à adopter la nouvelle fonction de rappel automatique, comment trouver le synonyme épicène d’utilisateurs qui, sans allonger démesurément ma phrase s’adressera également aux femmes ?

Quelqu’une, quelqu’un a une idée ? Un opérateur booléen dans les moteurs de recherche terminologique ? Un critère de tri dans un dictionnaire en ligne ?

Ami lecteur, amie lectrice, n’hésite pas à m’adresser tes propositions par écrit et Bonne rédaction non sexiste !

égalité
égalité

Plus d'infos ?

Vous êtes intéressés par l’actualité de l'égalité entre les femmes et les hommes, mais vous manquez de temps ? Translature vous propose de mettre en forme une veille thématique sous forme d’une Lettre d’information bimestrielle. Abonnez-vous, ici.