Les Actualités

Rédaction épicène, accompagner le changement

Et quel changement !

Trois siècles d’utilisation du masculin générique pour nommer non seulement les groupes mixtes, mais aussi, souvent, une femme identifiée, ont suffisamment marqué les esprits et les habitudes d’expression écrite et orale pour nécessiter un accompagnement au changement. En franchissant le cap de la cinquantaine, j’ai pensé qu’il était temps de commencer à transmettre mon expérience. De cette réflexion est née la formation Écrire sans exclure, transmission de ma longue pratique de la rédaction non sexiste. Après deux ans passés à dispenser cette formation, je constate que l’accompagnement mérite aussi quelques outils.

Antidote 10 accompagne la rédaction inclusive

Rédaction épicène, besoin d’aide et d’outils

Parallèlement à la création de cette formation, j’ai essayé de sensibiliser trois éditeurs de logiciels à l’importance d’offrir des outils qui faciliteraient la rédaction non sexiste pour les personnes, qui ont la volonté de respecter leurs valeurs, mais qui ressentent des difficultés à adopter les règles alternatives au masculin générique. Le premier m’a adressé une fin de non-recevoir, le deuxième ne m’a pas répondu, le troisième m’a dit être en train de travailler sur le sujet.

Des outils pour accompagner le changement

Le troisième, c’était Druide (entreprise québécoise spécialisée dans l’édition et la distribution de logiciels) dont l’équipe développe le correcteur ANTIDOTE. La version 10 sort aujourd’hui et j’ai eu la chance de tester la version bêta du logiciel. Elle comprend un volet intéressant de conseil dans la rédaction épicène. L’assistant d’inclusivité interagit, alerte et recommande des alternatives aux termes masculins. La version précédente incluait déjà une fonction identifiant les termes genrés, mais qui ne fait pas de distinction entre ceux désignant des objets ou des concepts et ceux désignant des êtres humains. Cette fonction existe toujours. La nouveauté est regroupée dans les fonctions de correction du style sous le terme inclusivité.

Des exemples

L’assistant va surligner dans le document les noms, pronoms, adjectifs, etc. masculins et féminins. Le survol avec la souris du terme surligné ouvre une fenêtre offrant trois choix : À vérifier, Éditer, Ignorer. Le premier choix nous invite à préférer une formulation inclusive et émet quelques suggestions. Si ces suggestions ne nous conviennent pas, il suffit d’un clic gauche sur le terme surligné, pour accéder aisément à la liste des synonymes et y choisir éventuellement un synonyme épicène ou un autre synonyme genré se prêtant mieux au doublet.

Ainsi, l’expression : « les entreprises de plus de 500 salariés » est facilement reformulée, par exemple : « les entreprises dont la masse salariale dépasse 500 personnes » ou « les entreprises de plus de 500 collaboratrices et collaborateurs ».

Le vérificateur d’exclusivité d’Antidote 10 identifie également le pléonasme que constitue l’expression «femmes administratrices » et propose de supprimer le terme femmes. Même traitement pour les « femmes écrivains » qu’il propose de remplacer par écrivaines. Concernant les pronoms, l’assistant invite à vérifier qui le pronom représente et propose fréquemment de reformuler pour inclure le féminin en ayant recours au doublet. Quand un collectif existe, l’assistant propose de substituer « lectorat » à « lecteur »  « voisinage » ou « entourage » à ; « voisin » etc.

Pas de magie, mais des outils de changement efficaces

Rédaction non sexiste, accompagner le changement

Pas de magie !

Pas de solution magique dans cette assistance ! Mais très certainement une aide dans la systématisation, au même titre que les autres fonctions de correction et de révision déjà très prisées.

Plus d'infos ?

Vous êtes intéressés par l’actualité de l'égalité entre les femmes et les hommes, mais vous manquez de temps ? Translature vous propose de mettre en forme une veille thématique sous forme d’une Lettre d’information bimestrielle. Abonnez-vous, ici.