Les Actualités

Les femmes, des traductrices comme les autres ?

En français, depuis le XVIIe siècle, le masculin l’emporte sur le féminin (sic). Cette formule longtemps enseignée telle quelle dès l’école primaire fait aujourd’hui réagir de plus en plus d’hommes et de femmes. Constamment, en lisant notre courrier reçu de la banque, de l’assurance, des impôts, en lisant la presse ou au travail dans les politiques internes des entreprises, les femmes doivent traduire.

Les femmes doivent traduire « cher client » par « chère cliente », « cher adhérent » par « chère adhérente » et les remerciements de la direction à ses collaborateurs comme les incluant, elles aussi. Vous sentiriez-vous concernés, messieurs, si la direction remerciait abondamment ses collaboratrices ?

Je propose souvent à mes client.e.s de leur livrer une traduction qui fasse fi de la règle du masculin « générique » et qui rende aussi visibles les femmes que les hommes. Cette année deux tiers ont accepté. Il reste du chemin à parcourir, mais aussi beaucoup d’espoir, parce que les traductrices sont des femmes comme les autres.grammaire française et traductrices

 

Plus d'infos ?

Vous êtes intéressés par l’actualité de l'égalité entre les femmes et les hommes, mais vous manquez de temps ? Translature vous propose de mettre en forme une veille thématique sous forme d’une Lettre d’information bimestrielle. Abonnez-vous, ici.