Les Actualités

6 % des auteurs sont des traducteurs

Pour la première fois, une enquête d’une ampleur exceptionnelle commandée par le ministère de la Culture et de la Communication apporte une somme d’informations inédites et détaillées sur une population méconnue : les auteurs. Une étude apporte une somme d’éléments à la fois totalement inédits et aussi fiables au plan statistique qu’il était possible de l’envisager dans le cadre d’une première investigation approfondie.

Premier enseignement : 67 % des auteurs ont une autre activité professionnelle

Il ressort de cette étude que la grande majorité des 100 000 personnes – l’étude comptabilise précisément 101 600 auteurs, dont 85 % d’auteurs de textes, 6 % de traducteurs, 4 % d’illustrateurs et 4 % de professionnels de bande dessinée – qui ont perçu des droits d’auteurs en 2013 avait une autre activité professionnelle, beaucoup plus rémunératrice. Les droits d’auteurs ne représentent en effet, en moyenne, que 12% de leurs revenus.

Deuxième enseignement : une érosion continue des revenus des auteurs

L’étude met également en évidence une situation contrastée entre ces auteurs dont l’activité artistique est accessoire et ceux pour lesquels elle est prépondérante. Pour une minorité d’auteurs, moins de 10 %, qui tirent l’essentiel de leurs revenus de la création artistique, les revenus tendent à s’éroder en raison de quatre facteurs principaux :

– les évolutions du marché du livre, en stagnation ou en léger repli depuis près de 10 ans ;

– la diversité croissante de l’offre disponible ;

– la hausse ininterrompue de la production de nouveaux titres ;

– le prix des livres qui augmente moins vite que l’inflation depuis 15 ans.

Troisième enseignement : des disparités importantes entre auteurs affiliés ou non

Les revenus d’auteurs montrent une disparité notable entre les affiliés à l’Agessa, qui est la sécurité sociale des auteurs, et les non-affiliés percevant occasionnellement des droits d’auteurs :

– seuls 8% des non-affiliés ont perçu des revenus d’auteur supérieurs au SMIC (13 345 € net/an) contre 59% des affiliés ;

– seuls 3% des non-affiliés ont perçu des revenus supérieurs à 2 fois le SMIC (26 690 €) contre 24% des affiliés ;

– à ces revenus, s’ajoutent également les revenus connexes d’auteur (conférences, lectures, etc.), qui atteignent 11 % du revenu d’auteur total des affiliés.

L’ enquête complète est à lire ici.

Plus d'infos ?

Vous êtes intéressés par l’actualité de l'égalité entre les femmes et les hommes, mais vous manquez de temps ? Translature vous propose de mettre en forme une veille thématique sous forme d’une Lettre d’information bimestrielle. Abonnez-vous, ici.